Le plantain majeur

 

Le plantain, signifiant la « plante qui agit » dû à ses propriétés médicinales que les romains lui trouvaient, est une mauvaise herbe que l’on retrouve dans les champs, les lieux incultes et sur les pelouses résidentielles. Dans certaines régions du monde, les feuilles sont apprêtées en salade. De plus, elles seraient aussi servies cuites, comme le kale est préparé, ou les épinards. Par ailleurs, le plantain aurait des vertus de purification de sang, de poumons et d’estomac. Dans la culture chinoise, cette plante serait utilisée pour ses propriétés diurétiques. Finalement, elle serait aussi utilisée dans certaines cultures pour soigner les plaies, coupures, ulcères, etc.

Dans la province québécoise, le plantain est une mauvaise herbe particulièrement présente depuis les 10 dernières années. Auparavant, les herbicides permis permettaient de traiter le plantain ainsi que plusieurs autres mauvaises herbes coriaces. Après la réglementation gouvernementale, son contrôle est de plus en plus compliqué. Puisqu’à maturité, la tige du plantain peut atteindre 50 centimètres, il fait rager plusieurs propriétaires de maison. Un peu comme le pissenlit, en plus d’avoir un système racinaire dominant, son feuillage a tendance à empêcher la pelouse avoisinante à avoir accès aux rayons lumineux du soleil. Privées de ceux-ci, les graminées ne peuvent faire de photosynthèse convenablement et leur survie est donc menacée.

Malgré le fait que les herbicides homologués par le gouvernement du Canada et du Québec ne peuvent contrôler efficacement cette mauvaise herbe, il ne faut pas oublier que certaines pratiques culturales peuvent être très bénéfiques. Évidemment, le contrôle manuel peut avoir un effet rapide au niveau esthétique d’une pelouse. En effet, il ne suffit que de couper la racine au couteau pour s’en débarrasser. Il ne faut pas oublier que si la racine n’est pas coupée assez profondément, un risque de repousse demeure présent.

Il faudrait aussi ajouter que le fait d’effectuer d’autres pratiques culturales comme l’aération et l’amendement de sol pourrait aussi réduire le risque de propagation de plantain. L’aération aura comme effet de laisser davantage de place au système racinaire de la pelouse afin de laisser moins de place à celui du plantain et autres mauvaises herbes. Par ailleurs, un environnement acide causé par les nombreuses pluies acides aide la propagation de mauvaises herbes. Un amendement de sol pourrait aussi être recommandé pour réduire le risque de présence de plantain.

Finalement, effectuer des traitements de pelouse récurrents, années après années, peut aussi aider à diminuer le risque d’implantation des mauvaises herbes. Les herbicides légaux au Québec peuvent, sur plusieurs années, aider à contrôler le plantain.

Visitez notre page sur les traitements de pelouse pour plus d’information.